Entretien avec entrepreneur français Mathieu Maréchal

(This is the French translation of the interview here)

Mathieu Maréchal est un entrepreneur français qui a lancé une société dans le domaine des services linguistiques (traduction, interprétariat). Voyons dans son interview comment le fait d’être sur une niche sur ce secteur pourrait aboutir à une entreprise à succès à l’échelle Européenne.

Cristian: Mathieu, parlez-nous de votre entreprise basée en France, quelles sont ses activités ?

Mathieu: Trad Online est fournisseur de services linguistiques classiques, ce qui couvre la traduction écrite (plaquettes commerciales, contrats, sites Web, notices techniques, etc), les missions d’interprétariat et des formations en anglais professionnel, mais d’autre part, nous essayons aussi d’être un acteur innovant sur un secteur plutôt suiveur en termes de technologie et d’offre, dans lequel il n’est pas évident d’apparaitre comme distinctif.

Cristian: La traduction de CV, de blogs et d’emails, il s’agit a priori de niches très spécifiques. Quelle est l’importance pour une petite entreprise de travailler dans une niche marché ?

Mathieu: Une niche est un moyen d’acquérir une vraie visibilité auprès d’une population très ciblée. C’est un premier avantage. Deuxième avantage, il permet de s’affranchir des gros du secteur qui dédaigneront ce petit marché…Troisièmement, cela permet aussi de tester des produits, processus internes, idées en limitant les risques qui ensuite pourront venir alimenter l’activité principale.

Cristian: Pourquoi vos clients choisissent-ils de passer par un service professionnel pour traduire leur CV ?

Mathieu: Pour beaucoup de raisons, mais je dois vous dire que j’ai été dans un premier temps surpris, je n’étais pas 100% convaincu. Aujourd’hui, je peux dire que sur le marché français, et c’est peut être une spécificité, les personnes maitrisant parfaitement les langues étrangères ne sont pas nombreuses et dans le cas où elle s’apprête à évoluer dans leur carrière et donc à prendre des risques sur l’avenir, elles préfèrent s’entourer de tous les atouts. Donc d’avoir un cv parfaitement lisible et compréhensible dans la langue cible. Maintenant, je pense aussi que certaines personnes ont besoin d’une certaine ré-assurance et passent par nos services pour avoir parfaitement confiance dans leur CV.

Cristian: Pouvez-vous nous parler en quelques mots de vos cibles clients?

Mathieu: Nos clients sont pour la plupart français, en majorité des PME (tous secteurs d’activité) mais 75% du volume d’affaires de Trad Online est réalisé avec nos clients de plus grosse taille (une petite dizaine).

Cristian: Et comment les trouvez-vous ? Vous semblez avoir un site Web très bien organisé, mais qu’est-ce qu’une petite entreprise doit faire d’autre pour attirer des clients ?

Mathieu: Pour trouver notre clientèle, nous utilisons la publicité online (liens sponsorisés sur Google par exemple), nous faisons de la téléprospection, développons la visibilité de notre site Internet en le référençant, etc

Mais nous utilisons aussi de manière intensive les réseaux professionnels et le webmarketing pour développer notre image et notre activité.

Cristian: Vous êtes également très impliqué dans le réseautage, linkedin, Facebook, Plaxo, etc. Pensez-vous que le networking devrait faire partie intégrante du business plan des petites entreprises ou s’agit-il seulement de quelque chose à faire « en plus » ?

Mathieu: Tout à fait, nous sommes présents sur la plupart des réseaux sociaux et professionnels, comme vous le précisez, il s’agit principalement de Viadeo, Linkedin et Xing, mais aussi des réseaux privés et plus confidentiels (qube, decayenne et asmallworld). Nous mettons aussi en place du buzz sur Facebook en ce moment, dont un jeu-concours amusant ! Nous misons également sur la publicité en ligne (vidéo et texte) pour développer notre visibilité, et préparons de nouvelles actions de buzz innovantes à la fois sur le Web et offline. Voilà pour le côté buzz, visibilité et donc acquisition clients.
Je pense qu’en effet ces nouveaux réseaux virtuels sont à inclure dans un BP performant en termes de diffusion de l’offre et acquisition de notoriété. Mais il faut être très précautionneux sur la manière d’animer ses cibles potentielles, un faux pas est vite arrivé et il peut se révéler catastrophique pour l’image de la société.

Cristian: Vous travaillez avec plus de 100 traducteurs. Comment gérez-vous les problématiques de qualité ? Je me dis que 100 traducteurs doivent certainement avoir 100 styles de traduction différents, non ?

Mathieu: Il s’agit d’une question récurrente dans notre secteur d’activité.
Il existe en effet la question du style, en particulier pour des traductions comme les communiqués de presse, la communication d’entreprise, les traductions de blogs, etc. Pour ces projets, nous essayons d’utiliser le même traducteur à chaque projet, pour chaque client. Lorsque ce n’est pas possible, nous utilisons un autre traducteur qui a un style similaire, et avec toujours une relecture par le même chef de projet, qui relit/corrige la version finale.
De manière générale, nous utilisons d’autres outils tels que Trados, pour la gestion de la cohérence terminologique, ce qui permet de garantir que la terminologie soit cohérente entre différents traducteurs travaillant sur un gros projet, ou entre des projets éloignés dans le temps, sur lesquels plusieurs traducteurs ont travaillé. Mais il est clair que chaque traducteur a son style et c’est tant mieux…le but étant de détecter et retenir les meilleurs.

Cristian: La plupart des entrepreneurs ont peur de ne pas trouver l’idée géniale pour pouvoir lancer leur entreprise. Comment votre idée vous est-elle venue ?

Mathieu: Je pense que la passion et la persévérance sont plus importantes que l’idée elle-même. Si vous aimez ce que vous faites, que ce soit vendre des voitures, apprendre aux gens à nager, ou fournir des services de traduction, vous trouverez les façons de gagner votre vie et développer votre activité.
La plupart des entreprises finissent par faire des choses assez éloignées de ce qu’elles avaient écrit dans leur business plan. Donc je dirais que selon moi, le fait d’avoir une bonne idée c’est bien mais la chose la plus importante est d’avoir un flux continu de bonnes idées tout au long de la vie de votre entreprise, en s’adaptant au marché, dans votre entreprise, etc. Et puis les mettre en pratique ! Et vous savez, une idée évolue très fortement au cours d’un projet de création d’entreprise. Il faut avoir un but à long terme mais il faut savoir aussi être souple dans les moyens d’atteindre cette cible.

Cristian: Je crois aussi que vous avez précisé que les services que vous proposez aux grandes entreprises sont un peu différents. Que leur proposez-vous précisément ?

Mathieu: Tout à fait, Trad Online propose des services et solutions « sure mesure » pour ses clients importants.
Pour l’un d’entre eux par exemple, nous mis en place un back-office de traduction dédié, online, ce qui lui permet de déposer des demandes de traduction en ligne, dans 1 à 12 langues au choix, sous un grand nombre de formats, et d’en récupérer une traduction professionnelle de manière très réactive (du jour au lendemain en général). Outre l’avantage de productivité de ce flux existe aussi un avantage indéniable supplémentaire : les traductions peuvent faire aussi bien 5 mots que 500 ou 2000, aucun minimum de facturation n’est exigé.

Cristian: En parlant des gros clients, vous souvenez-vous de votre premier ? Quelles ont été vos sentiments/ressenti à l’époque ?

Mathieu: Oui, c’était en 2002, je finissais tout juste mes études (j’ai créé Trad Online alors que j’étais en bac+4) et nous avons décroché plusieurs contrats de plusieurs milliers d’euros avec un client dans le marketing, basé à Paris. Ce n’est pas grand-chose mais à l’époque, l’entreprise venait de naître et c’était super. J’étais très excité, fier et cela m’a vraiment motivé à continuer sur cette lancée

Cristian: Parlez-nous un peu de votre partenariat avec Viadeo

Mathieu: Il s’agit pour l’instant d’un partenariat simple, nous avons approché Viadeo pour leur proposer un partenariat pour notre service de traduction de CV (www.tradonline-cv.com) et ils ont accepté, probablement car nous étions le seul site à proposer à la fois une traduction de CV pro et la possibilité de fournir une réduction à leurs membres. Nous sommes donc à présent parmi les offres du Club Premium, pour les membres payants de Viadeo. Nous serions intéressés d’aller plus loin dans ce partenariat et espérons pouvoir continuer la discussion avec Viadeo sur ce thème dans les mois à venir.

Cristian: Vous m’avez dit que vous cherchiez des possibilités de vous développer en France et en Europe. Que cherchez-vous plus particulièrement ?

Mathieu: En effet, nous nous développons à l’international, en particulier nous venons de signer le lancement de notre agence italienne (près de Bologne), et sommes en négociation avec des partenaires dans deux autres pays Européens.
Ce que nous cherchons : des partenaires connaissant bien le secteur de la traduction, ayant le goût d’entreprendre et de rejoindre notre réseau.

Cristian: Il existe un mythe d’entreprenariat selon lequel la plupart des entreprises disparaissent au cours des 5 premières années. Quand avez-vous eu l’impression que la vôtre ne ferait pas partie de celles-ci ?

Mathieu: Très simple : le retour de nos clients qui valident notre offre. Sans cela, il est vrai que cela pourrait être difficile. Le juge de paix : le client.

Cristian: Vous avez deux associés. La plupart des entrepreneurs (moi inclus) ne pensent pas à l’importance de choisir les bons associés dès le départ. Qu’est-ce qui est important lorsque l’on choisi ses associés ?

Mathieu: Il est important d’avoir la même vision moyen et long termes, d’avoir des compétences complémentaires et…de l’envie ! Envie de faire un bout de chemin ensemble et envie de réussir à piloter et développer une belle petite entreprise.

Cristian: Avez-vous des projets pour l’avenir ?

Mathieu: Oui, ils sont nombreux ! Nous devons d’abord, sur notre cœur de métier, continuer à structurer et améliorer sans cesse notre façon de travailler afin de rester dans le peloton de tête. En parallèle, nous nous internationalisons avec l’ouverture d’agence dans différents pays en Europe, nous avons également des nouveaux services et solutions qui vont sortir, et nous planchons sur un projet important dans le domaine de la terminologie (secret pour l’instant)

Cristian: Si vous pouviez remonter le temps, que feriez-vous de manière différente ?

Mathieu: Je ne crois pas vraiment aux regrets, il y a bien entendu des choses et décisions qui auraient pu être mieux réalisées, ou autrement, et nous avons appris au fur et à mesure mais je n’aurais pas le souhait de les changer, les échecs, les retards, etc, c’est aussi ce qui permet d’avancer !

Cristian: Parlez-nous un peu du climat des affaires en France. Quels sont les avantages et inconvénients à entreprendre en France ?

Mathieu: Bonne question Cristian. Je dirais qu’il y a les problèmes de paperasseries administratives etc mais ceci est en train de s’améliorer.
Il y a aussi des améliorations en ce qui concerne les possibilités de travailler avec les grandes entreprises ainsi qu’au niveau des marchés publics. De même pour le marché de l’emploi, qui se libéralise quelques peu. Le problème principal restant de très loin le niveau d’imposition et de taxes, qui ne baisse pas et est un frein de motivation fort pour beaucoup de gens.
En résumé, les problèmes bien connus des économies « protectrices à l’excès » telle que celle existant en France vont peut-être disparaitre dans les années à venir…à suivre !